Pourquoi bien planifier sa grossesse ?

Même mariée, aujourd’hui les femmes veulent être indépendantes : elles étudient pour avoir une profession, travaillent pour aider aux dépenses, et s’occupent de la maison et surtout de la famille. Les données statistiques récentes montrent que 66,4% des femmes ont un emploi (formel ou informel). Pour ce qui est de l’éducation, elles sont de plus en plus intéressées  et tournées vers l’enseignement supérieur. Comment alors renoncer à tant d’engagements pour tomber enceinte ?

La planification de la grossesse

Depuis 1962, lorsque la pilule contraceptive a commencer à être vulgarisée, les femmes ont pu choisir à quel moment de leur vie elles seraient mères. Ce n’est qu’un autre facteur qui a contribué à la baisse du taux de natalité. “Nous vivons à une époque de plus grande liberté individuelle. Une femme peut décider du meilleur moment pour tomber enceinte et même si elle veut être mère ou avoir un enfant sans se marier, elle en a la liberté. C’est différent de l’époque où elles étaient “préparées” pour la maison dès leur plus jeune âge”, explique une psychologue.

Le meilleur moment pour la planification d’une grossesse doit être défini par le planning de vie de la future mère. Selon le docteur le chemin que l’on parcourt avant la maternité est: la construction d’une carrière et l’atteinte une stabilité, tant dans la vie professionnelle que personnelle. “Il y a une tendance de comportement, soulignée dans les statistiques, qui montre que beaucoup de femmes choisissent le bon moment comme celui où elles ont atteint une stabilité personnelle, dans le mariage, la carrière et financièrement”, suggère-t-elle. Mais la question qui se pose alors est : pourquoi faire une planification de grossesse ?

Pourquoi faire une planification de grossesse ?

Afin d’éviter les grossesses non désirés et pratiquer IVG (interruption volontaire de grossesse), il vaut mieux que les femmes soient libre de leur corps et puissent utiliser une méthode de contraception.

Pour ne pas tomber enceinte sans l’avoir voulu et abandonner son enfant, ou faire adopter son bébé si l’on n’est pas prête financièrement ou moralement. Mieux vaux utiliser une méthode contraceptive. Pour limiter la naissance sans avoir à renoncer à la sexualité, il est plus sage de recourir à une éducation sexuelle, en libre information pour tous. Recourir à des consultations chez le gynécologue est aussi une autre option. Un médecin même généraliste est apte à proposer ou prescrire une méthodologie de planification familiale lors d’une simple consultation. Des services et centre de soins de fertilité sont aussi de plus en plus accessible. Le choix devient plus large, que ce soit pour un conseil ou pour la prise de pilule ou d’une autre méthode de contraception pour éviter la conception involontaire ou une grossesse non désirée.

Le bon moment pour la planification d’une grossesse?

“Le meilleur moment est individuel. La femme doit être réceptive et prête à se consacrer intensément à un être humain totalement dépendant d’elle. Il y a celles qui veulent être mères lorsqu’elles sont jeunes parce qu’elles ont plus d’énergie, de volonté et d’affinité ou d’harmonie avec les enfants. D’autres préfèrent assumer la maternité lorsqu’elles sont plus mûres, lorsqu’elles se sentent plus sûres, préparées et expérimentées”, explique le docteur.

Pour une psychologue, “avoir un ou plusieurs enfants n’empêche pas une femme de réussir dans la vie”. Cela renforce l’idée que le moment idéal est celui où la mère se sent prête à s’occuper de son bébé. Il est important de disposer de conditions financières et de stabilité dans la vie personnelle, même sans être marié, dans le cas d’une production indépendante ou d’une adoption, pour avoir une enfance saine et heureuse.

L’importance de la planification grossesse

Une femme peut décider d’avoir son premier enfant à l’âge de 30 ans. Lorsqu’elle est veut tomber enceinte, elle peut ne pas être encore mariée, mais juste avoir une relation stable avec le père de l’enfant. Quoi qu’il en soit, si sa vie professionnelle est mieux réglée, elle peut choisir d’enfanter à ce moment si c’est le choix qu’elle a fait.

Avoir un enfant implique beaucoup d’investissement en temps et en argent. La stabilité professionnelle est donc une condition à ne pas négliger.

Il convient également de rappeler qu’il existe toujours une pression sociale pour que chaque femme ait un enfant, mais ce n’est pas une véritable obligation. Certaines personnes préfèrent ne pas avoir d’enfants et cette décision doit être respectée. La femme qui n’est pas une mère n’en est pas moins une femme, comparativement à une autre qui l’a été. Par conséquent, chacun est libre de décider si elle veut avoir des enfants, quand et combien elle veut en avoir.

9 conseils aux parents occupés pour une bonne gestion du temps à la maison
5 façons de gérer les situations de stress